Je ne vous ai jamais raconté…

mes cours de chinois !
Apprendre une langue a l’âge adulte – étrange d’écrire cela… mais je n’ai plus 20 ans! 😉 – exige un investissement certain, surtout quand la langue en question est le chinois… « Apprendre le chinois » ne veut finalement rien dire car il faut déjà choisir quel chinois: mandarin ou cantonnais?
A Hong Kong par exemple, le cantonnais est de rigueur, à Pékin, le mandarin est roi. A cela s’ajoutent les divers dialectes provinciaux mais je ne vais pas commencer à rentrer dans les détails car il en existe plus de 100…
Mandarin ou cantonnais: un choix s’impose donc pour l’oral. Mais s’arrêter la serait bien trop simple pour mes compatriotes. Il y a ensuite la question des caractères: traditionnels ou simplifiés… ou encore le pinyin – j’y reviendrai. Vaste programme ! Vous avez compris ? Non ?!?!

Cas pratique: à Taipei, la langue officielle est le mandarin mais ils utilisent les caractères traditionnels. Donc mettons dans la même voiture, un Pékinois, un Hong kongais et un Taipéien, voici le scénario:

  • le Pékinois et le Taipéien se comprennent oralement grâce au mandarin.
  • le Hong kongais ne pipe mot a la conversation entre le Pékinois et le Taipéien: cantonnais et mandarin diffèrent au niveau des tons et de la prononciation.
  • En revanche, si nos trois compères s’écrivent des mots doux: le Hong kongais parvient à lire le mot doux du Taipéien puisqu’ils utilisent tous les deux les caractères traditionnels; mais notre pauvre Pékinois restera sur le carreau, lui qui écrit grâce aux caractères simplifiés…!!

Vous avez dit « étrange »? Je valide… Mais telle est la vie en Chine et ce n’est qu’un des exemples de cette grande complexité !

Revenons à nos moutons : j’ai opté pour des cours de mandarin grâce au pinyin – signifie littéralement « épeler les sons »: transcription phonétique des caractères* – donnés par une chinoise en anglais ! Je ne vous raconte pas comme je suis fatiguée à la fin de mon cours… !
* Exemple du pinyin : bonjour = 你好 en mandarin simplifié = Nǐ hǎo en pinyin – les accents signifient les différents tons.

Bref. Ce qu’il faut savoir du mandarin si vous voulez vous lancer dans cet apprentissage :

  • Pas de grammaire ou de conjugaison (futur, passé, pluriel, singulier…), pas de genre (masculin ou féminin), pas de préposition et d’article (le fameux « the » en anglais !!!) Donc beaucoup de simplification par rapport à nos langues latines. Exemple : je mange/mangerai/mangeai des aubergines = 我吃茄子 = Wǒ (je) chī (verbe manger) qiézi (aubergine). La compréhension du temps est induite par le contexte de la phrase !
  • 4 tons  différents  + 1 ton neutre. Un même mot en pinyin peut donc avoir une signification totalement différente : maman = 妈妈 = Māmā / cheval = 马 = Mǎ. Le caractère est très diffèrent mais le pinyin est semblable, juste une question de ton ! Apprendre le mandarin sans apprendre les caractères a donc ses limites… Mais difficile de se lancer dans les deux apprentissages à la fois !

Contrairement aux idées reçues, si on fait abstraction des caractères et des tons – ok c’est faire abstraction de beaucoup d’éléments ! – le mandarin n’est pas une langue si compliquée ! Je ne vais pas pour autant devenir bilingue en quelques mois, mais voici quelques exemples :

  • Semaine se dit Xīngqí. Lundi étant le premier jour de la semaine, lundi = Xīngqí yī (yī=1), mardi = Xīngqí èr (èr=2), mercredi = Xīngqí sān (sān=3)… Il suffit donc de savoir compter !
  • Même système pour les mois. Mois = Yuè donc janvier = Yī yuè… et février alors ?

Autre détail que j’aime bien et qui permet de donner quelques éclairages sur la culture chinoise :

  • Chine se dit 中国 = Zhōngguó / 中=milieu et 国=pays
  • France se dit 法国 = Fàguó / 法=loi et 国=pays
  • Allemagne se dit 德国= Déguó / 德 = vertu et 国=pays

Voilà donc quelques informations pour partager un peu de mon quotidien. Apres bien sur de nombreux « problèmes » apparaissent lorsque je veux commander au restaurant et que la carte est uniquement en caractère chinois; il faut donc rapidement connaître quelques mots de bas : mifan (riz), mogu (champignon)… ou encore quand je parviens à indiquer au taximan ou je souhaite aller et qu’il se lance alors dans une grande conversation, croyant que je comprends ce qu’il me raconte… ou encore lorsque je veux réserver des billets de train pour partir en escapade et que le site de résa est uniquement en caractère !…

Cela engendre en fait des situations plutôt marrantes et aide à développer un 7eme sens! 😉

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Delph**
    Juil 09, 2012 @ 14:58:46

    Hé bien, on comprend pourquoi tu es fatiguée à la fin des cours!!!
    Mais c’est très intéressant!
    Il paraît qu’on est vraiment bilingue avec le chinois (au sens large, ça englobe tout ce que tu nous as expliqué! ^^) au bout de 8 ans : faut être persévérant!
    gros bisous*** Delph**

    Réponse

  2. Marie S.
    Juil 06, 2012 @ 03:03:20

    Un prochain article sur comment compter avec les mains ? En images bien sûr 🙂

    Réponse

  3. Marie-Laure Bouchery
    Juil 04, 2012 @ 14:50:34

    Je ne sais pas comment on dit passionnant en chinois mais je le pense vraiment ! A quand la leçon 2 ?

    ML

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

My Beijing sweet home…

Mon tel: +86 183 016 27 553 mathilde.lereverend at yahoo. fr

Au boulot:
朝阳区光华东里8号院中海广场3号楼1601法航 1602荷航 100020
Building 3 - China Overseas Plaza
No 8 Guanghua Dongli
Chaoyang District - Beijing 100020

%d blogueurs aiment cette page :