Histoire

Mao Tsé-toung est le fondateur et dirigeant de la République populaire de Chine. Fils de paysans aisés, il est né à Shaoshan dans la province du Hunan le 26 décembre 1893, et mort à Pékin le 9 septembre 1976 des suites de la maladie de Charcot (ou sclérose latérale amyotrophique).
Un des membres historiques du Parti communiste chinois, Mao Zedong parvint progressivement à s’en faire reconnaître comme le dirigeant suprême, notamment lors de l’épisode de la Longue Marche (1934-1935). Après de longues années de guérilla contre les nationalistes du Kuomintang dirigés par Tchang Kaï-Chek, ainsi que contre l’envahisseur japonais pendant la guerre sino-japonaise (1937-1945), Mao sortit vainqueur de l’ultime phase de la guerre civile chinoise. Il proclame la République populaire de Chine, le 1er octobre 1949 à Pékin ; il en sera le président de 1954 à 1959. Ses principaux postes, qu’il occupa jusqu’à sa mort en 1976 et qui lui permirent de rester le numéro un du régime, étaient ceux de Président du parti communiste et de Président de la Commission militaire centrale, le premier lui garantissant la maîtrise du Parti, et le second celle des forces armées.
Mao Zedong imposa à la population le collectivisme communiste et la dictature du parti unique, en suivant d’abord de très près le modèle soviétique. Au nom de la définition d’une « voie chinoise vers le socialisme », il se démarqua ensuite progressivement de l’URSS et fut l’inspirateur direct du Grand Bond en avant (1958-1960), politique économique qui engendra entre 15 et 30 millions de morts. Après avoir été mis sur la touche par ses collaborateurs, il souleva les étudiants chinois contre la direction du Parti pour reprendre le pouvoir, livrant les villes à la violence des gardes rouges au cours de la confuse Révolution culturelle (1966-1969). Ayant éliminé ses rivaux et rétabli l’ordre à son profit, il fit l’objet d’un culte de la personnalité et rapprocha alors le plus la Chine populaire d’un État de type totalitaire (1969-1976).
Sa politique internationale des années 1970 marque un rapprochement avec l’Occident, qui permit la réintégration de la Chine dans le concert mondial (entrée à l’ONU, 1971). Dès 1975, Mao laissa son Premier ministre Zhou Enlai décréter un nouveau programme de réformes, les « Quatre Modernisations ». Celui que l’on surnomme « le Grand Timonier » mourut en 1976 sans avoir désigné de successeur. Les écrits théoriques de Mao et sa pratique politique ont donné naissance au courant marxiste-léniniste connu sous le nom de maoïsme.

Les relations sino-japonnaises
Vaste sujet dans le contexte actuel: un petit éclairage pour en comprendre les enjeux. Les relations entre la Chine et l’archipel du Japon ont une histoire marquée par des échanges et des rivalités incessantes. Dans l’Histoire récente, deux guerres ont eu lieu entre ces deux pays : la guerre sino-japonaise de 1894-1895 et celle de 1937-1945. La guerre de 1894-1895 aboutit à la défaite de l’Empire de Chine face à l’Empire du Japon. La Chine doit céder Taïwan, les îles Pescadores et Senkaku, et la presqu’île du Liaodong au Japon. La Chine abandonne également sa suzeraineté sur la Corée qui devient colonie japonaise. Après l’invasion par l’Empire du Japon d’une grande partie du territoire de la République de Chine (1912-1949), la seconde guerre sino-japonaise se termine lors de la capitulation du Japon à l’issue de la Seconde Guerre mondiale.
Après la seconde Guerre Mondiale et la prise de pouvoir du Parti communiste en Chine en 1949, les relations entre les deux pays semblent s’apaiser. Cependant les tensions reprennent avec la guerre froide, ainsi que par le fait que le Japon reconnaisse la République de Chine (Taïwan) et pas la République populaire de Chine (Chine continentale).
Les îles Senkaku se situent au nord-est de Taïwan et au sud-ouest d’Okinawa Hontō, dans la mer de Chine orientale. Cet archipel inhabité est contrôlé par le Japon depuis 1895 et le Traité de Shimonoseki, mais est revendiqué par la République de Chine (Taïwan), ainsi que par la République populaire de Chine.
Cependant, la Chine est depuis 2002 le premier fournisseur du Japon et depuis 2009 son premier client avec 19 % des exportations japonaises.

La République populaire de Chine
La République populaire de Chine est proclamée le 1er octobre 1949, suite à la victoire militaire du Parti communiste chinois sur le Guomindang. Cependant, la Chine en elle-même est la plus ancienne civilisation existant encore de nos jours, étant déjà présente il y a près de 5 000 ans. Elle se présente aujourd’hui comme une « République socialiste » et exerce un contrôle sur vingt-deux provinces, cinq régions autonomes, quatre municipalités et deux régions administratives spéciales (Hong Kong et Macao).

La Chine est la deuxième puissance économique mondiale et l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle est également le premier exportateur mondial et dispose de l’arme nucléaire, de la plus grande armée du monde et du deuxième plus grand budget militaire. Gouvernée par le Parti communiste chinois, la Chine a adopté une « économie socialiste de marché » où capitalisme et contrôle politique autoritaire se côtoient en une formule spécifique. La constitution de la République populaire de Chine la définit comme « un État socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière et basé sur l’alliance des ouvriers et des paysans ». Le préambule de la constitution spécifie le rôle dirigeant du Parti communiste chinois et continue de citer officiellement le marxisme-léninisme comme idéologie de référence de l’État.

Commençons avec l’histoire de Hong Kong
HK n’est qu’un ensemble de villages de pêcheurs lorsque la Grande-Bretagne revendique l’île en 1842, suite à la première guerre de l’Opium avec la Chine. La dynastie Ching échoue dans sa tentative de stopper le commerce britannique de l’opium et HK est cédé à la GB par le traité de Nanking la même année. La péninsule de Kowloon est ensuite cédée à la GB en 1860 et en 1898 une concession de 99 ans lui est octroyée sur les Nouveaux Territoires et 235 îles avoisinantes. La plupart de la population, environ 6 000 personnes à l’époque, étaient les « Tanka » et les « Hakka » établis dans un certain nombre de petits villages côtiers. Avec l’afflux immédiat du commerce, la population croît rapidement. La guerre de l’opium réussit à libéraliser le commerce en Chine pour les Britanniques. En 1862, la population de Hong Kong est d’environ 120 000 habitants.

Lors de l’éclatement de la Première Guerre mondiale en 1914, la crainte d’une attaque possible sur la colonie provoque un exode de 60 000 Chinois. Dans l’agitation des décennies suivantes en Chine, la population de Hong Kong croit de 530 000 en 1916 et 725 000 en 1925, à 1,6 million en 1941. Hong Kong est alors attaqué par les Japonais le 8 décembre 1941.

En 1982, quinze ans avant que le bail sur les nouveaux territoires expire, les gouvernements du Royaume-Uni et la République populaire de Chine (RPC) commencent à envisager l’avenir de Hong Kong. Le Premier ministre du Royaume-Uni, Margaret Thatcher, espère le prolongement de la présence britannique. Cependant, la RPC souhaite la rétrocession des nouveaux territoires et refuse de reconnaître les Traités sous lesquels l’île de HK et la péninsule de Kowloon ont été cédées à la GB à perpétuité.

C’est le 1er juillet 1997 que la souveraineté chinoise est rétablie sur HK qui devient alors une Région Administrative Spéciale de la République populaire de Chine fonctionnant selon le principe « un pays, deux systèmes ». Depuis, HK bénéficie d’une large autonomie, peut conserver son système capitaliste, une indépendance judiciaire et législative, le libre-échange et la liberté d’expression. HK est devenue progressivement au cours de l’ère industrielle l’un des principaux centres financiers et de services de l’Asie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

My Beijing sweet home…

Mon tel: +86 183 016 27 553 mathilde.lereverend at yahoo. fr

Au boulot:
朝阳区光华东里8号院中海广场3号楼1601法航 1602荷航 100020
Building 3 - China Overseas Plaza
No 8 Guanghua Dongli
Chaoyang District - Beijing 100020

%d blogueurs aiment cette page :